Culture

Quand les dictateurs font l’affaire d’Hollywood

Hollywood est le quartier emblématique de l’industrie cinématographique américaine, rassemblant les studios du cinéma, les sièges sociaux des grands groupes cinématographiques et les maisons de très nombreuses stars mondiales. Pour beaucoup de ses films, il s’inspire des présidents dictateurs.

Des dictateurs qui ont inspiré Hollywood

Depuis ces dernières décennies, les dictateurs du monde entier continuent d’inspirer les réalisateurs du quartier Hollywood. Ils sont des sources d’inspirations récurrentes. A commencer par le film américain « Le Dictateur », un film réalisé par Charlie Chaplin, et ouvertement inspiré du régime nazi mis en place par Adolf Hitler. Aussi, le film comédie Hot Shots, sorti en 1993, avec un acteur moustachu du nom de Jerry Haleva vient incarner Saddam Hussein. Il se présente comme un dictateur cruel mettant en difficulté les commandos américains. Enfin, dans le dernier film de Sacha Baron Cohen, Le Dictateur, le personnage principal est inspiré de toute évidence par feu Muammar Kadhafi. Il dirige d’une main de fer son pouvoir et déclare une haine farouche à l’occident.

Ni le père ni le fils n’ont échappé à Hollywood

Hollywood et la Corée du Nord sont liés par une histoire de haine et d’amour. Kim Jong-Un et son père Kim Jong-Il ont toujours été de grands fans de la culture hollywoodienne. Mais, cela n’a pas empêché à l’industrie cinématographique américaine de faire sortir un premier film en 2005 qui raconte une histoire de police mondiale américaine tentant de déjouer un complot du dictateur nord-coréen. Plus cool que son fiston, Kim Jong-il n’a pas réagi. Il était un féru de cinéma.

A la dernière date, c’est le fils du dictateur nord-coréen qui a inspiré les réalisateurs d’Hollywood. Il apparaît dans le film L’interview qui tue !, un film qui met en scène sa mort. Malheureusement, le film, qui hérissait le poil du dictateur nord-coréen, a été annulé suite à des menaces.